A VOS BÊTES!

Une rencontre de tous les éleveur·ses qui se battent contre la destruction du vivant et pour une autre agriculture aura lieu du 12 au 14 août 2022, sur le plateau de Millevaches, pour se rassembler et constituer ensemble une nouvelle force paysanne !

On y sera très probablement 💪

Plus d’infos: https://syndicat-montagne.org/a-vos-betes/

Si vous souhaitez venir aux rencontres, merci d’envoyer un mail à avosbetes@riseup.net.

Éleveuses, éleveurs,

Le temps presse. Nous traversons une crise écologique, sociale, économique, sensible, technique. Nous travaillons au quotidien pour avoir de belles fermes, des animaux en bonne santé et participer à préserver les territoires que nous habitons. Pourtant, partout, de nombreux paysan-nes vont partir à la retraite sans repreneur-ses, et chaque année en France des dizaines de milliers d’hectares de terres agricoles finissent bétonnés ou, plus insidieusement, sont accaparés par des systèmes agro-industriels.

En tant qu’éleveur-ses, nous avons un rôle à jouer dans le combat contre la destruction du vivant et pour une autre agriculture. Les relations que nous nouons au quotidien à la fois avec les animaux et les milieux nous inclinent à un rapport sensible et écologique au vivant qui s’oppose au monde hors-sol et basé sur la logique unique du profit. Nous pensons que ce rapport est vital dans l’époque et doit être propagé.

Il nous paraît nécessaire de proposer, à l’instar du travail fait par des collectifs comme Paysans de nature, des modèles d’élevage et des manières de se lier aux animaux et au vivant qui donnent largement envie de devenir éleveur-ses, loin de l’image mortifère de l’agriculture intensive et de ses industries. Un élevage qui s’adapte et valorise les milieux naturels dans lesquels il s’insère en prenant soin de leurs flores et leurs faunes, plutôt que de les artificialiser pour davantage les exploiter. Un élevage plein air ou pastoral, à même de questionner les mesures de biosécurité qui face aux maladies n’apportent que deux réponses : le confinement ou l’abattage de masse. Un élevage capable d’accroître son autonomie vis-à-vis des intrants, des technologies, des banques… et qui ne se soumet pas aveuglement aux normes dictées par l’agro-industrie sous couvert des institutions.

Il s’agit également, aux côtés de structures comme les civams ou les adear, de penser des formes d’installations qui répondent aux besoins des nouvelles générations, en développant une paysannerie dense, dotée de savoirs faire techniques, de réseaux d’entraide et de partage dans des territoires ruraux qui ne sont ni des déserts ni des dortoirs. Pour aller vers une autre agriculture, il paraît indispensable comme le dit l’atelier paysan que plus de personnes prennent en charge la production de l’alimentation et pensent concrètement la question de l’autonomie matérielle.

Nous invitons tous les éleveur-ses soucieux de ce combat à venir aux 2èmes rencontres A vos bêtes, du 12 au 14 août, sur le plateau de Millevaches, pour se rassembler et constituer ensemble une nouvelle force paysanne !

Au programme :

– sortir une tribune qui proclamera le type d’élevage que nous défendons

– renforcer le tissu existant par la mise en place d’un réseau de compagnonnage pour former des éleveurs selon des pratiques cohérentes avec les objectifs éthiques que nous aurons définis, et ainsi multiplier les installations les prochaines années.

– commencer dès maintenant, par territoire, à se lancer dans une dynamique de reprise de terre afin de constituer des réserves foncières contre l’accaparement, et en vue de l’installation de projets. Par ce biais, nous tenterons une stratégie foncière offensive de long terme pour contribuer à dépasser certaines barrières administratives et financières à l’installation, contre lesquelles se battent déjà au quotidien les organisations paysannes comme la confédération paysanne ou les gab.

Aussi, nous envisagerons comment les fermes peuvent parfois être des véritables points stratégiques et d’appuis contre des projets destructeurs, des sites de production de ciment aux carrières de sable, en passant par les mégabassines, projets ciblés par le jeune mouvement des Soulèvements de la terre.

Ce n’est que nombreux.ses que nous arriverons à peser sur ce monde en diffusant des manières de l’habiter autrement, en pratiquant une écologie de terrain, en mariant la poésie du pastoralisme à l’engagement pour un monde désirable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s