En septembre sur la ferme

Par Maxime Zucca

La chaleur est derrière nous et les pluies de fin d’été ont bien arrosé les sols, qui restent toutefois très secs. Le Guimand ne coule toujours pas. Tous les tournesols ont été moissonnés fin août et début septembre. Côté graminées, ne reste que le Millet, qui est encore en place, et qui a très bien résisté à la sècheresse. Nous sommes à la pleine époque des figues, pommes, poires, prunes dans le verger et les cueillettes se succèdent. Des fauches de luzerne pour l’hiver ont été poursuivies et le colza a été semé, ainsi des engrais verts.

Les oiseaux migrateurs se succèdent : le début du mois a vu de gros passages de Gobemouches noirs, qui étaient fréquemment plus de 20 sur la ferme. Les Pipits des arbres, Bergeronnettes printanières, Tariers des prés, Traquets motteux, Cailles des blés font halte en petit nombre. Nous avons même observé quelques Locustelles tachetées en faisant les foins, et deux Phragmites des joncs dans le petit marais – une espèce qui n’avait encore jamais été observée sur la ferme. Quant au piège photo installé sur la toute petite zone inondée, il a révélé la présence de deux Bécassines des marais et d’un Râle d’eau ! Le Faucon hobereau et le Circaëte Jean-le-Blanc viennent quotidiennement chasser sur la ferme, et le Martin-pêcheur poursuit son stationnement sur le petit étang depuis près d’un mois.

Ce week-end, 9 naturalistes, de 22 à 83 ans, se sont joints à nous pour poursuivre les inventaires. Pierre, spécialiste des coléoptères aquatiques, est venu écumer toutes les mares et ruisseaux avec ses épuisettes. Christophe, arrivant de Gap, a recherché les mouches de toutes sortes. Emilien a suivi les animaux domestiques pour rechercher les coléoptères coprophages. Nathan s’est essayé au recensement des lichens et des larves d’insectes aquatiques. Romain s’est dédié aux papillons de nuit, Elise aux papillons de jour et aux odonates. Lucien, aux araignées, punaises, fourmis, cloportes. Et deux jeunes débutantes venaient apprendre avec eux.

Malgré le mistral persistant et la chute des températures, ce fut l’occasion de nombreuses nouvelles découvertes. Plusieurs papillons de jour que nous n’avions pas encore observé cette année se sont montrés : le Machaon, l’Azuré de Lang, le Soufré et l’Hespérie des sanguisorbes. De nouveaux papillons de nuit ont fait leur apparition, tant au piège lumineux qu’en plein jour, tel que cette magnifique Déplacée (Catocala elocata). Une visite de la cave pour y rechercher araignées et autres scutigères a permis d’observer deux Petits Rhinolophes, qui étaient toutefois déjà connus. Les cortèges de fourmis et d’araignées feront l’objet d’un post dédié prochainement, mais notons la découverte d’un petit cloporte entièrement blanc, commensal des fourmilières : Platyarthrus hoffmannseggii. Si le temps n’était pas idéal pour les diptères, la belle Eristale aux yeux rayés (Eristalinus taeniops) s’est montrée, ainsi que la Mouche à plume (Trichopoda pictipennis), une tachinaire parasitoïde que l’on observe en fin de saison et qui pond dans le corps des punaises Nezara viridula ; elle nous arrive d’Amérique et avait été introduite il y a longtemps dans le cadre de la lutte biologique contre ces punaises, elles-mêmes introduites accidentellement.

L’inspection des mares a permis d’y découvrir une Ranatre, que nous n’avions pas encore observée sur la ferme, et de constater que les nouvelles mares accueillaient de nombreuses larves de libellules. Une petite vingtaine d’espèces de coléoptères aquatiques différentes ont été trouvés par Pierre. L’épuisette a parfois également capturé quelques poissons : une épinoche ici, une Loche franche là… Les plaques reptiles ont accueilli pour la première fois la Couleuvre vipérine, que nous avions déjà observé cette année dans une des mares. L’automne est aussi marqué par l’arrivée de plusieurs gros criquets du genre Locusta, les Criquets cendrés. Il y a deux semaines, nous observions un étrange criquet, la Truxale méditerranéenne, qui n’avait encore jamais été observé sur la ferme et dont la limite nord de l’aire de répartition se trouve dans la région de Montélimar. Ces deux espèces sont à ajouter aux 27 espèces de sauterelles, criquets et grillons trouvées cet été sur la ferme par Eric Sardet et Olivier Lannès.

La découverte la plus espérée a toutefois été réalisée juste après le week-end, par Sébastien, de nuit : un Crapaud calamite a fait une apparition juste devant sa maison. Nous attendions que cette espèce à forte capacité de dispersion soit attirée par les nouvelles mares créées cette année ! Cet individu en visite est peut-être le premier d’une série !

Figues · mâche · purée pommes/rhubarbe

Le magasin à la ferme est ouvert ce soir et restera ouvert toute l’année.

Ce soir au menu : mâche, blettes, courges, concombres en quantité, courgettes, aubergines, tomates, fenouil, carottes et encore plus. Et des FRUITS : figues, poires et pommes. Mais aussi des œufs et les nouvelles PURÉES DE POMMES RHUBARBE mmmmmmh !

A ce soir !

Portes ouvertes à la ferme du Rougequeue

La ferme du Rougequeue participe de nouveau à l’événement Bio et Local c’est l’idéal, organisé par le réseau Bio de la Drôme.

Venez à la ferme le dimanche 18 septembre de 10h à 19h pour découvrir comment ils produisent leurs légumes avec amour, quelles actions ils mènent pour favoriser la biodiversité !

A ne pas rater : le marché bio, les crêpes salées et sucrées toute la journée, des musiques du monde à partir de 14h30 avec l’Atelier musiques Populaires de Saint-Marcel els Valence et l’excellente pièce de théâtre « Qui vivra, Verra » de Christophe pardon à 17h.  Toute la journée est en accès libre et gratuit, une participation sera demandée pour la pièce de théâtre (10 euros, réservation recommandée car nombre places limitées par mail à fermedurougequeue@gmail.com).

Et bien sûr, une crêpe au sucre Bio offerte si vous venez à vélo ! (dans la limite de la pâte à crêpe disponible ! )

Le programme détaillé :

Toute la journée de 10h à 17h30:

– Petite restauration sur place, avec crêpes salées (a la ratatouille bio maison ou avec leurs bons oeufs bio) et crêpes sucrées (confiture bio maison, sucre bio, pate à tartiner bio…). Buvette (Infusions bio maison, sirops bio maison…)

 – Marché à la ferme avec leurs légumes bio de saison, confitures, sauces tomates… et leurs oeufs de toutes les couleurs

A 11h et 15h :

 – Visites guidées de la ferme, présentation des productions et découverte des aménagements pour la biodiversité.

A 14 h et 16h :

Concert sous les Micocouliers  : L’Atelier Musiques Populaires de Saint-Marcel-les-Valence nous fera voyager des Balkans à l’Orient…

A 17h00:

« Qui vivra, verra », Tragi-comédie paysanne de Christophe Pardon

Une pièce de théâtre écrite, réalisée et jouée par Christophe Pardon, qui se passe justement dans le milieu rural. Pièce réservée aux plus de 10 ans. Réservation conseillée. Participation : 10 Euros

L’histoire: affiche qui vivra hd.jpg » Cinq hommes d’une même famille se réunissent dans la ferme du grand-père pour l’abattage traditionnel du cochon. C’est l’occasion pour eux de se retrouver après de longs mois passés loin les uns des autres. Ils fêtent ça dignement autour de la bonne chère et du bon vin. On prend des nouvelles de chacun, on plaisante, on profite de l’air de la campagne. Cependant, ces pères et ces fils vont aussi saisir l’occasion pour régler certains comptes et tenter de trouver leur place au milieu de tous ces mâles.  Le cochon, quant à lui, tente d’appréhender le temps qu’il lui reste avec résignation et philosophie. Outre une performance de comédien, Christophe Pardon nous livre ici une histoire de la vie certes ordinaire mais juste et profondément humaine. Chaque personnage que l’acteur-auteur nous donne à voir nous devient familier et dès lors attachant. Et nous serions bien avisés de reconnaître que quand nous rions d’eux et de leur cocasserie, c’est un peu de nous-mêmes que nous rions. »

Pour les trouver :

1385 route de Pérouiller

26300 Châteauneuf sur Isère

A la limite avec Saint Marcel les Valence.

à 8 Km de Valence centre, 8 km de Romans et 10 km de Tain l’hermitage/Tournon

Mettre « Ferme du rougequeue » sur Google Maps ou sur Waze.

Sinon c’est ici : https://goo.gl/maps/rc4aRZ9oCCsJsbpZ7

La ferme du Rouge Queue Logo Ferme paysanne et sauvage.png

La ferme du Rougequeue.

1385 route de Pérouiller

26300 Châteauneuf sur Isère

 Tel 07 69 05 65 52

Marché à la ferme tous les mercredis de 16h30 à 19h  : Précommande possible ici.

Livraisons à Valence-TGV (INEED) tous les jeudis de 13h45 à 14h15 : Précommande indispensable ici.

Livraisons à la maison du Vélo, centre ville de Valence, les jeudis à 17h30 (Précommande ici)

– le site Internet  : https://fermedurougequeue.fr/

– le Facebook de la Ferme du Rougequeue  : https://www.facebook.com/fermedurougequeue/

– le compte Instagram https://www.instagram.com/fermedurougequeue/

Vente de poulet dès ce samedi au magasin

🐔🐔🐔🐔🐔🐔

··· Ils ne sont pas labellisés AB parce que l’abattage n’est pas en AB mais ils ont été nourris et élevés selon le cahier des charges de l’AB.···

🐣🐣🐣 Ce sont des poulets de races mixtes, éclos sur la ferme et qui n’ont pas forcément la conformité des poulets de chair conventionnels. Ce sont les mâles de nos futures pondeuses. 🐣🐣🐣

··· Ils sont nourris sans maïs ni soja, avec de l’aliment de la ferme : tourteaux de pressage de tournesol, caméline et colza, méteils (seigle, avoine, triticale, pois), orge et millet, les restes de lentilles, pois chiches et haricots et évidemment les délicieux déchets de fruits et légumes. ···

🐓🐓🐓 Et enfin, ils sont élevés en poulaillers mobiles dans le verger (dans les arbres même, pour certains!). 🐓🐓🐓

La SCOP Côté Cuisine recherche des porteureuses de projets pour reprendre leur activité

✨✨✨

Sarah, Anouk et Chloé quitent le resto Côté Cuisine cet hiver pour de nouveaux projet 🥹! Ce resto qui partage les locaux du magasin de producteurs Court Circuit à Chabeuil, est à reprendre! 😎

Plus d’infos ici : https://auvergne-rhone-alpes.ambition-ess.org/offre-emploi/la-scop-cote-cuisine-recherche-des-porteurs-de-projets-pour-reprise-dactivite-drome-26.

A bientôt pour une aventure commune à Court Circuit. 😆

✨✨✨

1000 espèces!

Par Maxime Zucca

C’est un seuil uniquement symbolique : ça y est, plus de 1000 espèces ont été rentrées dans la base de données de l’exploration du vivant de la ferme ! On compte à ce jour 277 espèces de plantes, 501 espèces d’insectes, 64 espèces d’araignées, 100 espèces d’oiseaux, 46 espèces de Gastéropodes…

Et de nombreuses autres n’ont pas encore fait l’objet d’imports ou de saisie, ou restent à identifier : les enregistrements de chauves-souris seront analysés en détail cet hiver, les données saisies sur faune-drome n’ont pas encore été importées, les hyménoptères feront l’objet d’identification par des spécialistes, les orthoptères vont faire l’objet d’un inventaire dans les prochains jours, les champignons cet automne, et de nombreuses photos restent encore à identifier !

En parallèle de ces inventaires tous taxons, nous avons mené ce printemps plusieurs suivis standardisés, qui nous permettront d’assurer un suivi dans le temps de plusieurs groupes taxonomiques, et une comparaison avec les suivis menés ailleurs dans le département et en France : 11 transects papillons par mois (STERF), 7 passages libellules (STELI), plusieurs nuits Vigie-chiro, un « territory mapping » de tous les oiseaux nicheurs, 3 passages reptiles (Pop reptiles) et amphibiens (Pop amphibiens).

Ce seuil est surtout l’occasion de vous indiquer comment aller rechercher les informations sur les espèces déjà observées ! Il y a deux entrées possibles, chacune avec des informations différentes.

1) L’atlas de la ferme. Il synthétise les données à très grande échelle sur la page d’accueil (vertébrés, invertébrés, flore, fonge), mais il est possible d’aller en détail connaître le nombre d’espèces pour chaque rang taxonomique. Pour cela, sélectionner une espèce du groupe qui vous intéresse. Par exemple l’Hespérie de l’Alcée, un papillon. En cliquant dessus, vous pourrez ensuite cliquer sur différents rangs, de la classe au genre : « Insecta », « Lepidoptera », « Hesperiidae ». A chaque fois, cela vous indiquera le nombre d’espèces du rang, le nombre d’observations et le nombre d’observateurs. Pour chaque espèce, vous aurez accès à une carte de répartition des observations sur la ferme, et à un graphique phénologique. Il est possible, dès la première page, de faire une recherche par espèce si vous savez pour quelle espèce vous souhaitez avoir des informations.

https://reensauvagerlaferme.fr/atlas

2) Le site de saisie, accessible en vous créant un compte. Il possède un volet « explorateur ». Là, vous pouvez faire une recherche par espèce, ou par groupe taxonomique. Pour ces derniers, il faut cliquer sur le bouton « avancé » : vous pouvez ainsi rechercher tous les « syrphidae » observés sur le Grand Laval, et obtenir la liste des observations. Vous pouvez aussi rechercher par exemple l’ensemble des espèces menacées au niveau régional présentes sur la ferme grâce au filtre « Liste Rouge Régionale ». Il faudra supprimer le filtre pour vos prochaines recherches !

https://reensauvagerlaferme.fr/geonature/#/login?route=%2F

Vous êtes naturaliste et seriez partant-e pour venir nous aider à poursuivre cet inventaire du vivant ? Nous serions ravis de votre venue. La ferme du Grand Laval est bien desservie par le train, et est peut-être située sur votre route lors des déplacements de fin d’été, si vous passez par Valence. N’hésitez pas à nous écrire : https://reensauvagerlaferme.fr/nous-contacter/. Le week-end du 16-17 septembre sera aussi l’occasion de la venue de plusieurs entomologistes. Nous recherchons aussi des spécialistes pour certains groupes taxonomiques très peu couverts : pucerons, cicadelles, diptères, curculionidés, myriapodes, tenthrèdes, lichens…

Merci à vous !