Des pêches sanguines

Des pêches sanguines CE MATIN au magasin à la ferme et du RAISIN et la dernière variété d’ABRICOTS tardifs.

Mais aussi les YAOURTS de brebis super crémeux et les PÂTES FRAÎCHES de la ferme des Routes, les TOMATES, POIVRONS, COURGETTES, AUBERGINES et autres légumes multicolores de la ferme des Pierrettes, les SIROPS de la Fée des Champs, et bien plus encore.

Des news de l’association « Réensauvager la ferme »

Par Maxime Zucca, naturaliste et membre de l’association.

Ce jeudi 28 juillet, Marc Thibault est venu de Camargue pour venir participer à l’exploration du vivant sur la ferme. Ornithologue, il est également entomologiste, en particulier spécialisé sur les papillons de nuit (hétérocères) et les punaises. Il fait suite au passage de deux autres lépidoptéristes déjà venus spécifiquement pour inventorier les papillons de nuit sur la ferme depuis le week-end de lancement des inventaires : Patrick Rosset et Didier Perrocheau.

Ce jeudi, les bonnes conditions étaient réunies : temps chaud et orageux, pas de lune. Les deux draps blancs, suspendus à 300 m de distance, étaient chacun placés devant une lépiled, une ampoule qui rayonne dans les ultra-violets. Le spectacle fut au rendez-vous pour Marc, Sébastien, Céline et Maxime : les draps étaient remplis de plusieurs milliers d’insectes : papillons de nuit en majorité, mais aussi des trichoptères, des carabes, quelques hydrophilidés, ichneumonidés, frelons, fourmilions et mantispes. Parmi les papillons, une espèce dominait, l’Hydrille domestique (Athetis hospes), dont nous avons estimé le total à un millier d’individus. Mais cette abondance n’a pas découragé les autres : plus de 100 espèces étaient présentes sur les draps. En tout, couplé avec une balade diurne de 4h sur la ferme précédent le dispositif nocturne, Marc a relevé la présence de 151 espèces d’hétérocères, dont 120 sont déjà identifiées. D’autres, de très petite taille, nécessiteront un examen approfondi par les rares spécialistes de certains groupes méconnus. Les chiffres, sortis de leur contexte, parlent peu, mais pour une seule nuit, n’importe où en France, c’est beaucoup ! Marc avait rarement vu une telle abondance, en particulier. Cette richesse était particulièrement notable chez les papillons du groupe des pyrales et des crambidés, chez lesquels nous avons relevé une présence importante d’espèces méditerranéennes (par exemple : Oxybia transversella, Isauria dilucidella, Psorosa dahliella). Le peuplement était sinon dominé par des espèces de la strate herbacée, ainsi que par des espèces de boisements plus ou moins humides (peupleraies/frênaies), en lien avec la ripisylve du Guimand (exemples : Earias vernana, Stegania trimaculata, Sciota rhenella, Euzophera pinguis). Au moins deux espèces ne semblaient pas à ce jour avoir été rencontrées dans la Drôme (à moins que de telles données soient restées dans les carnets des naturalistes) : l’Anthophile des Inules (Eublemma parva) et la Phycide luisante (Isauria dilucidella). Les plus spectaculaires ont sinon été les 4 sphinx venus nous rendre visite : le Petit Sphinx de la vigne, le Sphinx du liseron, le Sphinx livournien et le Sphinx du Tilleul.

Deux enseignements notables : l’un des deux dispositifs lumineux était placé dans le verger au milieu des pommiers. Et bien nous n’avons eu que deux Carpocapses du pommier (Cydia pommonella). Il faut croire que la diversité et la fonctionnalité de l’écosystème ne favorisent pas la surabondance de cette espèce qui pose des problèmes aux arboriculteurs ! Le vivant comme solution…

Autre enseignement : le passage précoce des brebis dans le verger ce printemps permet à celui-ci d’être dans un état de floraison élevé en plein été, à un moment où les habitats agricoles sont plus verts que les environs car ayant pu bénéficier d’un peu d’irrigation. Ils deviennent donc vraisemblablement très attractifs pour les insectes et leurs prédateurs ! L’alliance entre irrigation et vie sauvage peut trouver des voies intéressantes.

Les maraîchers de la ferme de l’Auberge ne peuvent plus irriguer

Voilà ce qui nous pend au nez à tous et à toutes. Dans ce contexte de changement climatique, il semblerait que cette année de sécheresse terrible sera bientôt une année normale.

Pensons-y lorsque nous arrosons notre beau gazon, lorsque nous remplissons ou creusons notre piscine, lorsque nous mangeons de la viande industrielle (le maïs qui consomme tant d’eau, c’est pour nourrir des animaux en batterie, on peut faire autrement), lorsque nous consommons tout court.

L’eau c’est rare et il est indispensable de s’organiser pour la partager, avec tous les vivants.

https://reporterre.net/Nos-plantes-crevent-dans-la-Drome-les-paysans-abattus-par-la-secheresse

Le magasin à la ferme a 5 ans!

Il y a 5 ans ✨✨ Julie Bosson ✨✨ la première ✨✨ extraordinaire ✨✨ merveilleuse ✨✨ incroyable ✨✨ maraîchère sur la ferme, ouvrait le marché à la ferme un vendredi soir. Voici notre tout premier consommateur et quelques photos de l’époque. Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont soutenu depuis.

Les arbres morts sont une aubaine

L’humain occidental a tendance à vouloir faire propre. C’est pourquoi nous voulons éliminer les arbres morts de nos haies et les arbres sont nombreux à s’assécher en ce moment. Néanmoins ce « propre » n’est pas un avantage pour la vie sauvage. Laisser ces troncs en place (qui ne menacent pas de chuter sur une maison bien évidemment) est un joyaux pour de nombreux animaux. C’est un perchoir pour les oiseaux, une source de nourriture -les larves qui vont coloniser le bois mort par exemple- pour d’autres, un mirador pour les prédateurs, un abri pour des insectes, une rampes pour les lianes etc.

Les forêts les plus riches sont celles où on a laissé le bois mort car sans bois mort, c’est tout un pan de la forêt qui n’existe pas. Une haie mime une forêt, simplifiée mais forêt quand même.

Tommes de brebis & abricots, pêches, figues au magasin ce matin

🍊🍑🍆🍎🥒🧀 🐑 🍊🍑🍆🍎🥒🧀 🐑🍊🍑🍆🍎🥒🧀 🐑🍊🍑🍆🍎🥒🧀 🐑

Les LAITAGE DE BREBIS de la ferme des ROUTES sont de retour ce matin au magasin à la ferme. Et c’est Alain&Marianne de la ferme du ROUGEQUEUE qui vous accueillent!

En plus des yaourts et fromages, il y a tous les légumes d’été, et des PÊCHES, ABRICOTS, FIGUES, RHUBARBE!

Des nouvelles de l’association des fermes paysannes et sauvages

C’est avec très grand plaisir que nous avons fait entrer de nouvelles génialissimes fermes dans l’association des fermes paysannes et sauvages!

  • La ferme de l’Auberge à Divajeu, avec Natacha Faillet, Stéphane Chauplannaz, Galcérand Serralongue et Fanny Boulaud qui nous ont reçu pour une visite le week-end dernier (voyez les photos ci-dessous). Ils produisent des légumes, de l’agneau dans un lieu magique et réensauvagé.
  • La ferme de l’Oadie à Die avec Valérie du Retail et Julie qui élèvent des poules pondeuses, des chevaux, et ont fait pousser une véritable forêt fruitière au pied des magnifiques montagnes du diois.
  • D’âme des champs à Montmeyrand avec Lydvine Carre et ses fleurs à couper où bourdonnent d’insectes pollinisateurs hyperactifs.
  • La ferme de Choux patate à Crest où Sébastien Choupas, Marie Michalet et Simon Guillot commencent une production de légumes et d’oeufs.
  • La ferme de Courtevoux à Pont en Royans où un collectif de jeunes pleins d’idées et d’énergie fait renaître un lieu de vie divin: pain, arbo, pondeuses, légumes, ovins, caprins, etc. Jonathan Lesage, l’éleveur de brebis et de chèvre est l’ornithologue de la bande.
  • Domaine de Lorient à St Péray avec Laure Colombo et Dimitri qui ensauvagent et diversifient leur vignoble avec des brebis, des vaches et mille malices.
  • Equisetum olea à Autuche dans les Baronnies, notre ferme la plus méridionale où Prêle (Equisetum) et Olivier Lannès (Olea) tentent de faire de l’agriculture dans un milieu très sauvage. Ils élèvent des brebis dans la ferme familiale. Et en bonus, Olive est un naturaliste chevronné! Découvrez l’article que l’Hirondelle aux champs à écrit sur eux. C’est tout à la fin.
  • Au champ de l’âne à Mercurol avec Marina Vecina et Vincent Delagnes. Légumes et oeufs pour eux aussi!

Et nous voilà 19 😆

Présentation de Napoléon