Un chargement de fruits pour Court Circuit et COllines Bio

On se dirige de plus en plus vers un verger sans traitement. Pour l’instant les problématiques que nous rencontrons encore sont

* le carpocapse : le fameux ver de la pomme et de la poire. Pour s’en prémunir, on répand un virus spécifique des microlépidoptères, la carpovirusine. Mais cette année on n’a fait qu’un seul passage alors qu’habituellement on en fait au moins 10 pour avoir un effet. Et pourtant peu de pommes et de poires sont piquées. On mise plutôt sur la diversité des écosystèmes et donc des communautés animales selon l’idée que plus on a une diversité d’écosystèmes moins on laisse la possibilité à une espèce de dominer.

* la cloque : un champignon qui empêche le développement des feuilles de pêchers. On traite au cuivre, à hauteur de 300g par an sur les 1,2 hectares de pêchers.

* le puceron sur les pruniers : une aspersion d’huile minérale au printemps.

Pour le reste, abricots, raisins, figues, rhubarbe, coing, kakis, nous ne faisons rien. On accepte cependant qu’une petite partie de la production ne soit pas commercialisable et aille aux oiseaux 😉. Et le tout est amendé avec 100% et uniquement du fumier de poules et/ou de brebis.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s